Nous entrons dans une époque où les humains et les animaux semblent se rapprocher. La loi évolue en leur faveur et des personnes s'engagent pour les défendre. Les communicateurs permettent de mieux les comprendre et nous font découvrir que les animaux ont une vie intérieure, des objectifs qui leur sont propres et des rapports sincères et désintéressés. Ils partagent avec nous une vie émotionnelle, mentale et spirituelle. Comme pour les humains, certains ont davantage d'intelligence, de conscience ou une grande maturité d'âme. Certains s'incarnent pour aider un humain ou pour accomplir une mission bien définie, d'autres pour vivre des expériences pas toujours exemptes de souffrances mais qui sont nécessaires à leur évolution. Ils peuvent, par exemple, accepter de porter en eux une émotion ou une maladie à la place de leur gardien. Par ce biais, ils deviennent le miroir de notre âme et ils essayent de nous faire prendre conscience de nos difficultés. Nos animaux sont souvent nos thérapeutes et les bienfaits qu'ils apportent à l'humain n'est plus à démontrer.

A notre différence, ils ont compris la leçon essentielle des grands guides spirituels : Vivre dans le présent. A l'inverse de l'humain, ils ne cultivent pas des pensées où le passé et l'avenir prend toute la place et court-circuite le présent. Lorsque un chat chasse, il n'est pas en train de ruminer un échec passé et il n'anticipe pas l'avenir en se demandant où trouver de la nourriture si il rate sa proie. Il n'est pas dans le mental mais dans son instinct. Il utilise l'intelligence cognitive, basée sur son expérience et ses connaissances.

Cela ne signifie pas pour autant qu'ils sortent indemnes de mauvaises expériences mais cette capacité d'embrasser le présent permet à la plupart d'entre eux de faire preuve de résilience et ils sont capables de s'adapter à une nouvelle situation lorsque leurs circonstances de vie changent. Le passé n'est pas oublié mais ils pardonnent et vont de l'avant, même si certaines craintes ne disparaîtront peut-être jamais.

La raison pour laquelle il est si facile d’aimer les animaux, c’est qu’ils sont naturellement en alignement avec eux-mêmes (corps, âme, esprit). Ils ne « calculent » pas. Ils se contentent d'être, que ce soit dans des aspects que nous considérerons comme négatifs ou positifs. Par exemple, l'agressivité, comme la bonté, peuvent faire partie de leur nature profonde et dans ce cas, ils suivront leur instinct. Il pourra en découler une agression qui peut nous paraître gratuite mais qui, pour l'animal, a sa raison d'être. De la même manière, une mère empreinte de bonté acceptera de prendre sous son aile un bébé qui n'est pas de son espèce.

Etre aligné signifie être en accord avec soi (corps, âme, esprit) et assumer dans « l'ici et maintenant » ce que nous sommes réellement et ce que nous désirons ou pas et ce, à chaque instant. Il s'agit d'apprendre à s'aimer et à s'accepter pour ne pas être en quête d'attentes, de reconnaissance ou d’amour de la part d'autrui. C’est donc cela que les animaux de compagnie viennent nous apporter et nous enseigner : le lâcher-prise, la confiance en soi et en la vie, l’amour inconditionnel.

Cependant, cet alignement peut être perdu en cas de maltraitance ou lorsque l'animal a été influencé et contrôlé par l'homme. Par exemple, un chien brutalisé vivra dans la peur d’être lui-même et s’alignera sur la volonté de son maître. La maltraitance se situe aussi bien sur des plans physiques, verbaux ou émotionnels.

Cet alignement est également perdu lorsque l'animal est dépendant de gardiens qui transmettent leurs peurs, le surprotègent ou le contrôlent en permanence.

D'une certaine façon, nous sommes tous maltraitants envers nos animaux. Imposer à un chat un régime végétarien parce que nous le sommes est un non respect du besoin de l'animal qui met en péril sa santé, son métabolisme ayant besoin de viande pour fonctionner correctement. Nous nous devons de les accompagner dans le respect de leur nature et de leurs besoins.