Les disparitions

Nous devons garder en mémoire que nous ne possédons pas un animal. Nous avons simplement la chance et le bonheur d'être leur gardien. 

Les animaux ont un chemin qui leur est propre, et les motifs de disparition ou de fugues sont variés. Certains peuvent être appelés pour une autre mission et d'autres quittent leur foyer parce qu'une situation ne leur convient plus.

Les disparitions

 

Les fugues sont fréquentes lorsqu'il y a un changement au sein de la famille (déménagement, séparation, maladie). Chez les chats, la perte de place au sein de la famille est un motif courant de fugue. Ils peuvent s'éloigner temporairement pour diverses raisons : absences répétées du gardien, enfants bruyants et irrespectueux, arrivée d'un nouvel arrivant (bébé ou animal).

 

Ils peuvent aussi disparaître quand nous sommes perturbés ou qu'une situation devient pesante. Ils cherchent alors à se ressourcer en se connectant à la Terre et la plupart du temps, ils réapparaissent en pleine forme quelques jours plus tard.

Certaines disparitions pourraient être évitées si nous prenions le temps d'informer l'animal de ce qui va se passer (déménagement) ou de l'écouter (notamment en cas de disparition suite à l'arrivée d'un autre compagnon – humain ou animal). Une bonne écoute et de l'empathie à son égard peut le faire changer d'avis et le décider à réintégrer son foyer.

Quelques conseils en cas de disparition

Un des premiers conseils est de faire identifier son animal dès son arrivée chez nous et ce, même si nous sommes en appartement.

  • Garder son calme !

  • Parler à se voisins et poser des affiches

  • Contacter les SPA, association du quartier et les vétérinaires

  • Faire des rondes régulières pendant plusieurs jours aux heures tranquilles du matin et du soir.

Voici un lien donnant quelques conseils : Patricia Franckhauser, Responsable Bénévole de Protection Animale.

Marta Williams dans son livre "La connexion perdue" nous fait part de son expérience :  "Quand cesser les recherches : Je travaille deux ou parfois trois fois sur un même cas et, si je ne découvre aucun indice utile, j’arrête. Je suggère à mes clients de continuer les recherches en fonction du temps et des ressources qu’ils peuvent y consacrer, mais s’ils ne trouvent rien de nouveau, alors il faut songer à ralentir le rythme. Il est bon de renouveler les affiches et de rappeler de temps à autre les cliniques vétérinaires et les refuges pour animaux, mais au bout d’un certain temps, il faut se rendre à l’évidence et se dire que l’on ne saura peut-être jamais ce qui s’est passé."

Nota bene : Beaucoup d'entre nous se tournent vers des communicateurs, médiums, magnétiseurs ou autres.... Chacune de ces personnes peut être d'un grand secours et obtenir d'excellents résultats. Cependant, il arrive que la fréquence émise par l'animal fausse les investigations, ce qui entraîne des informations contradictoires. Un médium sent que l'animal est mort, le communicateur pense qu'il est vivant. L'explication est la suivante : l'animal est effectivement décédé, mais il est en accord avec les circonstances de sa mort. En paix, il s'élève rapidement dans une vibration douce et joyeuse. À l'inverse, bien qu'il soit en vie, il est dans une telle détresse que sa fréquence s'apparente à celle de la mort.

Pour étayer mes propos, je partage le lien d'une vidéo de F. Maillefer qui explique pourquoi la communication ne fonctionne pas en cas de disparition.